20191012_170902.jpg

Julie Romeuf propose des mises en espaces, en mots et en images.

Elle co-écrit avec Julia Leredde (chorégraphe et danseuse), Marlène Serluppus (comédienne et plasticienne),

Kate Fletcher (musicienne et sérigraphe d’art) Valentine Ponçon (performeuse et scénographe),

Brigitte Negro (chorégraphe), Marie Orts (danseuse et notatrice Laban),

Céline Carraud (plasticienne), Isabelle Granier (costumière).

 

Une équipe de femmes œuvrant artistiquement dans les espaces dits « non-dédiés ».

Elles se mettent en jeu dans des interventions à la rencontre du mouvement, du texte, des installations plastiques et sonores.

Accompagnées par Corinne Luxembourg (géographe, enseignante, chercheuse) elles élaborent

une manière nouvelle d’utiliser leurs outils et compétences pour exprimer différentes manières d’habiter.

L’exigence artistique mise en oeuvre dans les interventions artistiques se conjugue avec la simplicité des matériaux utilisés

pour être toujours au plus proche de la rencontre et de l’expérience.

///

La Commune Mesure cherche les moyens de donner voix aux lieux qui nous accompagnent ; les familiers et les imaginaires, dire ce qu’ils racontent de nous : individu, habitant·e, citoyen·ne, société. Cet élan de traduire des lieux a permis de réaliser plusieurs formes artistiques dont les motifs récurrents soulignent une préoccupation pour le chez soi et l’habiter . 

 

La création d’images insolites ou décalées (des chaussures vides qui traversent une place - Calais 2016, une sirène qui dort dans un abribus - Valenciennes 2019, un corps de femme qui danse de dos avec un rétroviseur de rue qui masque sa tête) a su provoquer les réactions des habitant·e·s. Une femme s’est approchée de la sirène pour lui porter secours, un homme s’est pris en photo dans le rétroviseur-costume d’une danseuse en performance, des migrants sont venus aider spontanément à l’installation des chaussures etc. Le média du corps en ce qu’il est ancré, réél, poreux et respirant permet l’interrogation autant que la mise en relation.

Corinne Luxembourg
Corinne Luxembourg

Maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches, en géographie à Ecole Nationale Supérieure d’Architecture - Paris-La Villette. Elle interroge depuis 2013 le rapport de la fabrique de la ville à la place prévue, laissée pour/aux corps des êtres humains. Son prisme d’étude est celui de l’intersectionnalité des rapports sociaux principalement dans les territoires périphériques. Cet intérêt passe par la fréquentation d’œuvres chorégraphiques.

press to zoom
Julia Leredde
Julia Leredde

Intriguée par les relations corps acteur / corps spectateur. Elle participe à des projets collectifs, des créations éphémères et in situ. Attirée par les espaces non dédiés, elle met des mots sur ses intuitions en travaillant l’improvisation en rue avec la compagnie Jeanne Simone. Elle se forme et se déforme à une gestuelle libre, consciente et poreuse en pratiquant le Mouvement Authentique et le Body Mind Centering®.

press to zoom
Marlène Serluppus
Marlène Serluppus

Après avoir suivi la formation FRACO, formation professionnelle Burlesque et clownesque, ainsi que le cursus d’Art dramatique à la scène sur Saône à Lyon, elle intègre la Cie Marzouk Machine avec laquelle elle travaille depuis 2014. Préférant les pavés aux planches, elle s’attache à la création de spectacles de rue et à pour ambition de défendre un théâtre pour tous. Parler du monde, avec le monde, au monde.

press to zoom
Valentine Ponçon
Valentine Ponçon

Valentine Ponçon intègre l’École d’architecture de Nantes (master DPEA Scénographe) en 2011 et y découvre les arts de la rue aux côtés de François Delarozière, et participe au projet Long Ma Jing Shen de La Machine en 2014. Diverses expériences collaboratives (La Queen Mother, La Folie Kilomètre, L’Atelier des Possibles), affirment son désir de participer à la création de projets artistiques.

press to zoom
Kate Fletcher
Kate Fletcher

En tant que musicienne, elle trouve les premières pistes d’inspiration au sein du groupe de slow-core La Corda autour duquel elle multiplie les collaborations. Son travail musical personnel est à base d’harmonium, de violoncelle, de field recordings (enregistrements intimes, ambiances de rue, dialogues) et de textes en anglais. Kate cherche la variation subtile dans des pièces musicales d’un seul tenant, souvent composées dans un premier temps d’improvisations fleuves, ensuite formalisées.

press to zoom
Brigitte Negro
Brigitte Negro

Avides de rencontres, elle participe à différents projets, et travaille comme interprète avec plusieurs chorégraphes et metteurs en scène dont Jean François Duroure, Patrice Barthès, Muriel Piqué, Le Nu Collectif, Christelle Mellen, Markus Joss et Leila Rabhi, Félix Rukert, Carla Foris, Benoit Bar, Collectif Poplité. Actuellement elle travaille avec François Rascalou et la cie d’Action d’Espace sur le spectacle Premier Cri.

press to zoom